ile du finistere

Les îles du Finistère

Batz, Ouessant, Molène, île de Sein ou Glénan, les îles du Finistère évoquent des paradis lointains et des plages de sable fin. Incontournable à découvrir pendant vos vacances camping dans le Finistère, elles sont reliées au continent par navettes maritimes en saison.

Ouessant, la plus grande

Son territoire de 8 km sur 4 km est le plus vaste parmi les îles du Finistère, mais aussi l’un des plus sauvages en mer d’Iroise. Reconnaissable à ses falaises abruptes, elle se découvre idéalement à vélo, du port d’arrivée jusqu’à la spectaculaire pointe de Pern, terre la plus occidentale de France métropolitaine. L’île est réputée pour être la dernière de Bretagne avant l’Amérique. À ne pas manquer sur Ouessant, le musée des phares et balises ou l’écomusée du Niou, consacré à la vie d’antan sur l’île.

L’île de Sein, la plus basse

Avec ses 6 mètres d’altitude seulement, cette petite île menacée par la montée des eaux émerge au large de la pointe du Raz, dans la baie de Douarnenez en Pays Bigouden, près de la presqu’île de Crozon en Sud Finistère. Elle tire son charme unique de son petit port de pêche aux ruelles étroites et aux bateaux colorés, de ses murets de granit et de ses prairies fleuries de chardons. L’île de Sein s’est particulièrement distinguée pendant la Seconde guerre mondiale, ses pêcheurs représentant un quart des Français ayant rejoint le Général de Gaulle à Londres pour organiser la Résistance. Commune la plus décorée de France pour cette guerre, elle est aussi la seule à avoir connu durant cette période noire davantage de pertes humaines encore que pendant la Première guerre mondiale.

Molène, la faune la plus riche

L’archipel de Molène est situé entre la rade de Brest et Ouessant, dans la mer Celtique. Il comprend l’île principale de Molène et une dizaine d’îlots. L’île est réputée pour abriter une faune particulièrement diversifiée, notamment des loutres de mer, des dauphins, des phoques gris et de nombreuses espèces d’oiseaux marins. Elle a pour spécialité culinaire la saucisse de Molène, une charcuterie fumée aux algues.

Batz, la plus proche des terres

Face à Roscoff, l’île de Batz se rejoint en 15 minutes en bateau. Elle est pourtant des plus dépaysantes : la douceur de son microclimat est propice à nombre de plantes exotiques que l’on voit rarement en Finistère. La pointe Pen ar Cleguer abrite d’ailleurs le jardin exotique Georges Delaselle, où admirer plus de 2500 végétaux du monde entier. Le tour de l’île de 12 km se parcourt aisément à vélo. Terre agricole, Batz est aussi réputée pour son maraîchage et pour la qualité de ses légumes enrichis au goëmon.

Les Glénan, les plus sauvages

Au sud de Fouesnant, l’archipel des Glénan est connu pour ses paysages de carte postale qui lui valent le surnom de « Caraïbes bretonnes ». L’île Saint-Nicolas est la plus grande de l’archipel au large de Tregunc et de Pont Aven. Elle est reliée à l’île de Bananec par un tombolo de sable considéré comme l’une des plus belles plages de France pour son décor de bout de monde, son sable blanc et ses eaux turquoise. L’archipel abrite la célèbre école de voile des Glénans. Au cœur de l’archipel, les eaux cristallines de la « Chambre » sont saluées comme l’un des plus beaux points de mouillage de la côte Atlantique. A voir absolument si vous êtes en vacances en Bretagne aux îles de Glénan !